Hyde and Seek

Pas une seule fois Yoohyeon n’avait souhaité être quelqu’un d’autre qu’elle. C’était une bonne chose en soit mais le genre qu’on gardait pour soit. Après tout elle aurait juste eut l’air pimbêche à clamer ça tout haut. Car dans son univers, Yoohyeon était une fille bien. Humble, serviable, gentille, calme, intéressante, douée en sport et bourrée de qualités en tout genre. Cette personnalité lisse et sans aucunes imperfections, la jeune fille avait mis un certain temps avant de se l’approprier. Il ne fallait pas se fier aux apparences, mais se créer un personnage et l’interprêter dans n’importe quelles situations était bien plus compliquée qu’on pourrait le croire. Tout était une question de juste équilibre; avoir les réactions adéquates à chaque situation et les gestes qui les accompagnaient. Une pièce de théâtre 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Même Molière n’aurait pas eu le crans de faire ça.

Mais pour la jeune fille c’était vitale, une question de vie ou de mort. Car elle avait compris très tôt qu’être elle la perdrait peut importe ce qu’elle ferait. Et il était exclue qu’elle passe le reste de sa vie seule comme un poux.

Alors quoi de mieux que le lycée pour se ré-inventer ? Grâce à ses résultats excellents Yoohyeon n’avait eut aucun mal à faire une demande de bourse pour un lycée de centre ville. Et grâce aux sondages précédemment effectué dans son ancien collège par le journal de l’école, elle savait très clairement qu’elle était la seule à intégrer ce lycée. Et quand bien même une mauvaise surprise l’attendrait, elle s’était préparée à cette éventualité. Il y aurait sans doute eu moins extrémiste comme recours mais elle n’avait pas eu la patience d’en trouver, alors quoi de mieux qu’une teinture pour repartir sur de nouvelle base.

C’était par pures fantaisies qu’elle avait choisie ce gris-blanc-bleu si… particulier. Et inimitable. Car pour être accepter et ensuite se fondre dans la masse il fallait d’abords sortir du lots. De grandes ambitions que se ferait progressivement pour ne pas effrayer ses camarades. Avant tout il lui faudrait une troupe- ou plutôt un groupe, oui un groupe. C’était sans doute là que les choses se corsées un poil. Comment faire pour choisir parmi la foule compacte de lycéens les « amis  » factices qui permettrait de se faire une place. Elle n’était pas vicieuse à ce point mais si plus aucuns choix ne se présentaient à elle, elle prendrait sous son aile la pauvresse de l’établissement. Et plus 10 points dans la catégorie B.A.

Un plans machiavélique qu’elle contait mettre à exécutions dés demain. Pour sa première année de lycée elle se le jurait, elle ne ferait aucuns faux pas !

.

.

.

Le jour J, Yoohyeon était déjà au pied de son lit habillée et coiffée. Pour n’importe qu’elle autre personne tout s’arrêterait là mais pour le jeune fille c’était le début d’une rude bataille. Face à face son miroir et elle se dévisageait avec une animosité non dissimulé. Yoohyeon savait d’ors et déjà qu’en ce jour si particulier il avait décidé de lui renvoyer le reflet d’une lycéenne effroyablement banale. S’inspectant sous toutes les coutures elle cherchait depuis un petit moment LE détail qui changerait instantanément son apparence. Elle avait fait toutes les possibilités plus ou moins restreintes d’embellissement sur son uniforme, avant de finalement opter pour un pull rose pâle sous sa veste bleu marine. Ensuite ce fut au tour de son ruban rouge aux motifs écossais de se faire torturé entre ses fins doigts. La jupe identique au rubans fut plus chanceuse et ne subit qu’une léger balayage du plat de la main afin de la lisser. Quand l’image qui lui renvoya son adversaire -à titre de rappel soulignons qu’il s’agit du miroir- lui plut enfin elle rangea soigneusement ses cahiers dans son sac et descendit prendre son petit déjeuner.

Ses quelques tartines dévorées elle quitta le protecteur et sécurisant cocon familial pour celui du lycée. Son établissement était ridiculement grand et imposant. Mais fort heureusement Yoohyeon le savait déjà et s’était préparée et fuir dans n’importe quelles parties du bâtiment si elle venait à croiser une connaissance. Ce qui ne se produisit pas quand elle balaya du coin de l’oeil le gymnase dans lequel elle se trouvait. La cérémonie de bienvenue au premier année était ainsi partout pareille. Ennuyeuse à en mourir. Mais ce sentiment d’emmerdement profond ne fut absolument pas retranscris sur le visage de poupée, souriant et lumineux de Yoohyeon. Assise sur une chaise fichtrement inconfortable elle jeta un coup d’oil discret à sa voisine. Joufflue, les cheveux de jais coiffé en queue de cheval. Des traits affligeant de normalité, et une personnalité sans doutes aussi original que celle d’Aurore dans La Belle au Bois Dormant. Très peu pour elle. S’entourée de faux amis certes, mais pas de de personne aussi intéressante qu’un livre sur la reproduction des loutres en milieu aquatique.

En revanche à sa droite… Sa voisine qu’elle toisait aussi discrètement que possible était plus petite qu’elle d’au moins une tête. Une petite tête blonde, frêle, les genoux tremblants. Bizarrement Yoohyeon lui trouvait un petit air mignon. Un petit air hein. Juste petit. Mais elle était la parfaite bouche troue en attendant de trouver mieux.

Elle posa sa main sur sa jambe agitée en mode marteau piqueur et lui adressa un grand sourire radieux dont elle avait le secret. L’effet fut immédiat et la jeune fille se calma instantanément. Lui rendant même un sourire, nettement moins beau que celui qu’elle lui avait fait à la limite du pitoyable. Yoohyeon se demanda dans son fort intérieur comment il était possible d’avoir un sourire aussi miteux, mais ne laissa rien filtrer hors de son masque.

 

<< Tout va bien ? demanda t-elle chaleureusement.

– R..rien de je-je suis juste un peu stressée.. répondit-elle d’une petite voix. >>

 

Au moins sa voix n’était pas criarde et ne lui donnait pas envie de l’abandonner sur une aire d’autoroute. Un bon point pour << Future Bouche Troue 1 >>.  Doucement elle se pencha vers elle et lui demanda son prénom.

 

<< Y..Yoobin, lâcha t-elle se colorant d’un rouge pivoine. >>

 

À la réflexion, si la bondinette avait bien quelque chose d’insupportable, c’était ses excès de timiderie qui n’arrangerait jamais sa situation si elle cherchait à s’émanciper de ce trait de caractère. Yoohyeon ne supportait pas geignards et pria pour que cette fille n’en fasses pas partie.

.

.

.

La cérémonie s’acheva et tous les premières années se réunirent devant un grand panneau d’affichage ou leur nom était répartie dans chacune des 5 classes qui composait la promotion des 1er année. Yoohyeon suivit le mouvement tout en faisant en sortes de marcher avec le plus de confiance possible. Une fois devant, elle chercha son prénom parmi les caractères noires. Le trouvant enfin, elle se dirigea vers la 1-3. Pour l’instant aucunes connaissances n’était en vu et c’était pour le mieux. Quand elle arriva dans sa salle de classe elle eut la joie de constater qu’elle était l’une des première, autrement dit qu’elle n’aurait pas à subir les regards interrogateurs de ses camarades en passant dans les rangs jusqu’au dernier bureau de libre. Et puis, en parlant du pupitre elle pourrait choisir le sien et ça, c’était un élément non négligeable.

Sa place au sein de la classe faisait partie des petits éléments à ne pas négliger. Pas au fond près de la fenêtre ou elle passerait pour une associable, ni tout devant au risque de devenir la préférée des professeurs. La troisième rangée cotés couloir lui sembla adéquate. Les fenêtres coulissantes s’ouvrant sur le dit couloir lui permettrait d’observer tout le monde et de plus facilement adopter l’attitude pour se fondre dans la masse.

La salle commença à se remplir petit à petit dans un brouhaha et Yoohyeon chercha des yeux son bouche troue sans la voir. Elle n’était assurément pas dans sa classe. Elle se pinça les lèvres, contrariée de pas pouvoir se monter aux yeux de ses camarades comme une personne sociable et drôle. Mais avant de trop parler à tout le monde la jeune fille devait agir avec prudence. Pas question de faire ami-ami avec le geek renfermé ou la torturée du lycée. In-envisageable.

Perdue dans ses pensées la jeune fille ne remarqua pas qu’elle venait de se dégoter une voisine. Cette dernière dévisagea Yoohyeon avec une certaine insistance avant de reporter son attention sur le professeur qui venait d’entrer. Le cours avait débuté.

.

.

.

À la pause déjeuner Yoohyeon sortit sans se presser de la salle pour se rendre à la cafétéria. Faisant confiance au destin pour la guider vers la bonne table. Se saisissant d’un plateau elle s’avança derrière un jeune homme faisant la queue comme elle. Ce dernier ne sembla pas la remarquer immédiatement avant de s’exclamer :

 

<< Oh ! Mais c’est toi ! >>

 

Yoohyeon sentit son coeur s’emballait comme un cheval au galop. Une peur panique avait aggripé ses entrailles et menacer de les déchiqueter. Qu’avait elle rater pour que ce garçon lui sortes ça ? Etait-il un ancien camarade de collège qu’elle n’aurait pas reconnu ? L’appréhension d’une réponse positive lui fit monter la bile dans la gorge. Ce n’était pas possible, c’était tout bonnement un cauchemar. Elle ne pouvait rien faire face à quelqu’un dont elle ne se souvenait plus. Mais quelle idiote ! Pas une seule fois elle n’avait envisageait la possibilité de ne pas se rappeler du visage d’un ancien camarade. La gorge serrée, elle s’apprêtait à lui demander comment il la connaissait.

 

<< Tu-

– Yoobin m’a parlé d’une jolie fille à coté d’elle pendant la cérémonie ! poursuivit-il sur le même ton enjoué. >>

 

Yoobin ? Ah la fille à coté d’elle. Celle qu’elle n’avait pas retrouvé en classe. La pression qui lui avait contracté la poitrine redescendit automatiquement lui laissant le loisir de respirer plus librement. Franchement ce genre d’attaque surprise n’était absolument pas à refaire.

Pendant que son rythmne cardiaque retrouvait une certaine normalité, la jeune fille dévisagea de la tête au pied son vis à vis. Un garçon les cheveux bruns en bataille dont quelques mèches cachaient son front, de yeux chocolats et une taille à la limite de l’injustice. Il la dépassait d’une tête au moins et Yoohyeon en fut sincèrement contrariée. Elle qui s’était toujours trouvé grande, elle voyait le monde sous un autre angle à présent.

Le jeune homme lui tendit une main amicale, l’invitant à la lui serrer. Yoohyeon trouvait cette poignée de main totalement ringarde mais la lui serra tout de même en se présentant dans le même temps :

 

<< Kim Yoohyeon, bien que je sois flattée d’être « la jolie fille » ! dit elle avec un sourire. >>

 

Le brun éclata de rire à sa remarque en lui tapant l’épaule déclara :

 

<< Kyong Myung Dae. >>

.

.

.

La pause déjeuner se déroula dans la bonne humeur, tous parlant et plaisantant sur tout et rien. Quand le brun l’avait emmené à une table ou déjà d’autres personnes avaient pris place. Il l’avait présenté au groupe tout en soulignant son humour. Le groupe avait immédiatement intégrée la jeune fille et l’avait mise à l’aise. Parmi eux Yoohyeon reconnue Yoobin, finalement elle n’était pas le genre de fille seule à manger dans les toilettes.

Cette dernière conversait gaiement avec une fille aux cheveux rouges en pétards. Entre sa couleur et la sienne, pas de doute que toutes les deux elles feraient des ravages dans les couloirs. Le groupe de Myung Dae et Yoobin était réellement sympathique, sans compter la rouquine qui s’appelait Minji, il y avait aussi un garçon taquin avec de grosses lunettes sur le nez; Shin. Une jolie brune châtain qui regardait tout le monde avec un regard bienveillant, Handong. D’après ce qu’elle avait comprit cette dernière était chinoise et ne parlait que très peu d’ordinaire. Bien que la personne avec qui elle s’entende le mieux fut Minji.

 

<< Et donc t’es en 1-3 ? Dommage on est tous en 1-4 ou 5.

– Encore heureux que tu sois pas dans ma classe, plaisanta Yoohyeon. >>

 

Le brun lui décocha un coup de coude dans les côtes pour la punir et pouffa en la voyant s’éttaler, à moitié morte sur la table. Et tout le monde éclata de rire quand Yoohyeon lui lança un regard sadique et le coursa à travers la cafétéria.

 

<< C’est une bonne chose que tu sois tombée sur elle, dit Minji en regardant Yoohyeon courir à en perdre haleine.

– Je n’ai pas fait exprès, répondit simplement la blondinette.

– Alors c’est le destin. >>

 

Les deux jeunes filles se tournèrent en même temps vers la source de cette voix. Elles virent passer devant elle une silhouette longiligne et élancée, les cheveux de jais. Et sans savoir pourquoi Yoobin eut un mauvais pressentiment.

.

.

.

 

Le lendemain en retournant en cours la jeune fille eu la plaisir d’être accueillie devant les casiers par Minji et Handong qui la saluèrent affectueusement et causèrent un peu. Hier Yoohyeon n’avait pas pu se faire un topo de leur personnalité. Ce n’était urgent dans l’immédiat mais elle devait faire attention à ne pas commettre d’impaires. Le plus dangeureux était sans aucuns doutes Handong. La chinoise bien qu’en apparence toute gentille pourrait se révéler dans le futur un élément perturbateur pour elle, si elle n’en apprenait pas plus. L’imprévue était l’ennemi numéros 1 de Yoohyeon.

 

<< Et t’habitais où avant de t’installer en Corée ?

– Tianjin, à côté de Pékin près de la mer, répondit elle le regard dans le vague. >>

 

Yoohyeon n’avait jamais posé un pied hors de Corée mais elle imaginait difficilement tout lâcher pour partir. Elle trouva la jeune fille bien courageuse.

En arrivant à son bureau elle se rendit soudain compte qu’elle avait oublié son livre. Elle fit la moue avant de se résigner. Pour, l’instant elle n’avait noué des liens qu’avec le groupe de Myung Dae, et en avait presque oublié sa propre classe. Elle allait se diriger vers une fille qu’elle avait repéré comme étant Gahyeon, quand une voix la retint.

 

<< On partage si tu veux. >>

 

La voix en question appartenait à cette voisine qu’elle n’avait pas remarqué la veille. Surprise par cette soudaine manifestation Yoohyeon ne répondit pas tout de suite. Mais reprit finalement ses esprits.

 

<< Ah oui merci. >>

 

Et elle se rassit tandis que sa voisine rapprochait leur table. Elle ne l’avait pas remarqué hier mais cette fille était vraiment belle. Des yeux azurs, le teint d’une poupée, des traits fins et délicats et une cascade de cheveux noir qui encadrait son visage. Mais Yoohyeon ne la scruta pas trop longtemps ne voulant pas trop attirer son attention.

Quand elle déposa son livre au milieu de la jointure de leur deux tables elle remarqua de petits gribouillages aux coins des pages. Des bonhommes, dessinés comme des pattes de mouches. Yoohyeon eut un mal de chien à refréner le petit rire qui lui sautait dans le ventre. Au bout d’un moment elle remarqua qu’elle représentait toujours le même bonhomme. Une fille les cheveux ondulant avec deux énormes yeux.

 

<< Qui c’est ? demanda t-elle curieuse. >>

 

Sa voisine baissa son regard du tableau pour regarder ce que le doigt de Yoohyeon lui pointait.

 

<< Ma copine, dit elle aussi simplement que ça. >>

 

Yoohyeon mis quelques instants avant de faire les connexions et de fermer la bouche. Elle n’aurait pas parié un seul instant sur la possibilité qu’elle puisse aimer les femmes. Surtout que généralement les gens étaient gênés ou se braquaient en abordant le sujet. Yoohyeon fut encore plus attirée par sa mystérieuse voisine. De plus, entretenir de bon rapport avec son voisinage n’était jamais inutile.

 

<< Au faite, je m’appelles Kim Yoohyeon, dit elle un sourire étirant ses lèvres. >>

 

Sa vis à vis la fixa intensément pendant un instant avant de lui répondre les yeux tourné vers le tableau.

 

<< Lee Siyeon. >>

.

.

.

Les jours passaient gaiement pour Yoohyeon et sa bande. Depuis leur rencontre ils avaient passé leur temps ensemble à sortir après les cours ou à jouer à la Playstation chez Myung Dae. Et une fois n’était pas coutume tout la bande réunie était affalée comme des phoques dans la chambre du garçon. Yoohyeon et ce dernier étaient les derniers en lices, pendant que les 4 autres se marraient en fond. Shin avait eu le malheur de perdre un paris douteux et, désormais piégé se retrouvait les ongles coloraient d’un rose flashy.

Mais les deux adversaires n’y prêtèrent pas attention, trop concentrés sur leur course défilant sur l’écran. Si Yoohyeon avait toujours était fière d’une chose s’était bien son talent naturelle pour les jeux vidéos. Pas qu’elle soit une fan invertérée pour ce genre de divertissement mais simplement un don comme qui dirait. Quoi qu’il en soit, elle shoota dans la moto de Myung Dae au dernier moment et remporta la partie avec brio.

Se délectant de la pâtée qu’elle avait mis à son ami, elle se tourna vers le reste du groupe pour qu’ils la félicitent mais contre toutes attentes ils n’en eurent strictement rien à faire. Fêtant sa victoire seule avec un bol de chips, Yoohyeon se dirigea vers Myung Dae pour l’humilier un peu plus. Ce dernier se renfrogna et rumina dans sa barbe pendant que la jeune fille exultait.

Quand tout le monde rentra finalement chez lui, Yoohyeon fut la dernière à quitter la chambre de Myung Dae.

 

<< D’ailleurs Yoo ! s’exclama t-il alors qu’elle remettait sa veste.

– Hum ? >>

 

Il semblait mal à l’aise, les mains engoncées dans son jeans le regard fuyant, se mordillant la lèvre. Elle s’approcha comprenant vite l’effet qu’elle produisait sur ce dernier. Alors après tout il était tombé sous son charme. Pas étonnant avec tout le mal qu’elle s’était donné pour se rendre irréstisible. Mais qu’il tombe dans sa main si vite, c’était presque un reccord. Dommage qu’elle ne puisse pas plus s’en vanter.

En y réfléchissant, ça expliquer les airs mystérieux qu’ils avaient tous eu en se dépêchant de partir. Quel jeu d’acteur médiocre pensa Yoohyeon. Mais elle avait d’autres chats à fouetter.

Elle devait rejeter ce pauvre garçons sans entacher sa relation avec le groupe. C’était une tâche complexe mais faisable.

 

<< Tu voulais me dire un truc ? demanda t-elle en papillonnant des paupières, ce genre de geste les faisait fondre à tout les coups. >>

 

Mais Myung Dae ne sembla pas le remarquer et continuer de se passer une main dans la nuque, l’air monstrueusement gêné. Quand enfin il osa prendre la parole c’est la voix chevrotante qu’il s’exprima.

 

<< Dis…

– Oui ? l’encouragea t-elle, se délectant intérieurement de cette réaction à croquer.

– Je crois que je suis amoureux de Minji. >>

 

Et ce fut le choc, la bombe, le missile qui fonça droit sur elle.

.

.

.

Adossée à un arbre dans le parc, Yoohyeon mangeait en solitaire. De gros nuages avaient pris la place du soleil au cours de la mâtiné. Ils étaient semblables à son humeur, grise et maussade. Elle picorait de petite bouchée de son sandwich en se repassant en boucle la même scène dans son esprit.

Depuis, elle n’avait pas adressé la parole à Myung Dae. Elle savait que ce n’était pas bon. Une amie telle qu’elle s’était construite ne pouvait pas réagir ainsi et encore moins abandonner un ami dans cette situation. Mais cet incident lui avait fait réalisé quelque chose. Elle n’était pas assez hermétique. Elle s’était imaginé les sentiments de Myung Dae à son égard, n’attendant plus qu’une déclaration de sa part.

Elle s’était faite berner ! Pinçant son pousse coincé entre ses lèvres, elle contenait difficilement sa colère. Cela faisait des années qu’elle avait préparé ce plan et elle trouvait le moins de tout faire capoter. Ce genre de réactions puériles ne pouvait pas être tolérées. Elle s’était donnée trop de mal jusqu’ici pour que tout puisse sombrer. Ruminant et déchiquetant son sandwich de ses dents, elle tentait de métrisait sa rage intérieur. Mais elle savait que tôt ou tard elle devrait laisser tout ça sortir. Bien heureusement la jeune fille courrait régulièrement, pour extérioriser ses émotions il n’y avait rien de mieux.

Mais sa prochaine séance de sport était encore trop éloignée pour qu’elle se sente apaisée. C’était comme si tout son corps était tendue à son extrême. Une situation particulièrement étrange. Toujours contre son arbre elle souffla bruyamment, elle ne voulait pas y retourner, affronter les regards triste que lui enverraient Myung Dae lui donnait déjà la gerbe. Parfois Yoohyeon se demandait comment elle faisait pour tous les fréquenter. C’était une drôle d’impression de ressentir des émotions en tant que quelqu’un d’autre. Mais cette situation avait un côté excitant. Agir sans se faire découvrir, c’était ça la vraie dose d’adrénaline.

Un sourire, froid et machiavélique étira ses lèvres. Un sourire à faire pâlir les morts.

 

<< Je m’assois. >>

 

Yoohyeon crut qu’elle allait s’étrangler. Sou sourire effrayant se transforma aussitôt en celui d’un ange. Prise sur le fait, elle essaya de rester le plus calme possible mais elle ne pu empêcher sa main droite de trembler frénétiquement.

La personne qui venait de prendre place à ses cotés n’était ni plus ni moins Siyeon. Cette fille avait le don d’apparaître toujours au pire moment. Yoohyeon chercha quelque chose à lui dire mais rien ne lui venait. Elle trouvait sa voisine de table intéressante mais ne supportait pas d’être prise de cours.

 

<< Hum… Euh-

– Tu déjeunes plus avec tes amis ? demanda-t-elle en regardant dans le vague. >>

 

Elle avait posait la question comme si la réponse l’intéressait vraiment mais son ton laissait croire tout le contraire. Vraiment c’était trop de sensation à contre courant de parler avec elle.

 

<< Pas aujourd’hui .. Je me suis mal comportée avec l’un d’entre eux, souffla-t-elle faussement peinée.

– Pourquoi ? >>

 

Toujours cet air inintéressé. Cela aurait pu en devenir véritablement agaçant si Yoohyeon ne possédait pas sur ses nerfs un contrôle suffisamment fort.

 

<< Il est amoureux de quelqu’un et je n’ai pas trouvé les bons mots.

– Les bons mots au bon moments n’existent pas. Crois moi.>>

 

Elle avait dit ça d’une traite, mais cette fois-ci en regardant droit dans les yeux sa vis à vis. Yoohyeon détestait ce regard, il la sondait, l’analysait et essayait de percer ses défenses. Mais pourquoi n’arrivait elle pas à changer la conversation de bord ? Elle était pendue aux lèvres de la noiraude. C’était la première chose de censée qu’elle entendait depuis un moment.

 

<< Tu as du avoir du mal à te faire comprendre avec ta petite amie non ? demanda t-elle pour détourner la conversation sur elle.

– Pas vraiment, elle n’est pas le genre de personne a parler pour ne rien dire. Alors elle conçoit parfaitement le fait que je ne lui dises pas grand chose.

– Hum… Je vois, les relations amoureuses fonctionnent vraiment ainsi ? >>

 

Cette fois-ci c’était un vrai question. Venant du fond des méandres de son esprit, une question à laquelle elle souhaitait une réponse.

 

<< L’essentiel n’a pas besoin d’être dit je penses. >>

 

Yoohyeon la considéra un instant. Ses mots avaient un effet de caisse de résonnance en elle.

 

<< Va te réconciler avec tes amis ou peut importe ceux qu’ils sont, dit elle en se levant laissant ainsi Yoohyeon seule. >>

.

.

.

Sur le chemin du retour la tension était palpable. Les autres l’avaient bien remarqué mais quelque chose clochait entre Yoohyeon et Myung Dae. D’habitudes ces deux là étaient en permanence à faire des conneries où à plaisanter, mais depuis quelques jours c’était silence radio entre eux.

En ce qui concerne Yoohyeon, elle avait bien réfléchie suite à sa conversation avec Siyeon. Elle savait que la jeune femme avait raison et qu’elle devait expliquer sa recommendation. Mais une force mystérieuse la retenait, comme si dire un simple « Pardon » était la chose la plus éprouvante du monde.

 

<< Moi je passes par là, souffla Shin qui -on se demande pourquoi- partit accompagné de Minji et Yoobin. >>

 

Il ne resta plus que que Yoohyeon et Myung Dae. Côtes à côtes ils continuaient de marcher sans s’adresser la parole.

Cette situation était insuportable.

 

<<  Je suis désolée d’avoir réagit comme ça … Vraiment pardon .. dit-elle d’une petite voix peinée >>

 

Myung Dae, le regards vissait au sol refusait de lui parler. La jeune fille ne comprenait pas du tout cet entêtement stupide mais pas question qu’elle s’acharne plus. Il ne fallait pas se moquer du monde. Elle s’excuser à n’avait même pas le droit à un petit regard. Autant donner du lard aux cochons.

 

<< Tu… Tu m’en veux ? >>

 

Elle sentait que le jeune n’allait pas tarder à craquer. Elle se demanda si chialer pourrait accélérer les choses.

 

<< Non … C’est juste que je m’inquiètes .. Souffla t-il >>

 

Il s’était arrêté et dévisageait à présent la jeune fille. Les yeux dans les yeux, il semblait vouloir lui dire quelque chose mais sans y parvenir.

 

<< Yoo.. Est-ce que- >>

 

Mais il ne termina pas sa phrase. Elle resta en suspend, la fin morte dans sa bouche. Yoohyeon détestait les gens incapables de finir leur phrase. C’était tout bonnement horripilant.

Mais elle même avait compris depuis un moment qu’il était inutile de bousculer les choses. Doucement, tel un jaguar qui se rapproche de sa proie elle parviendrait à lui tirer les vers du nez.

 

<< Oui ? >>

 

Sa voix était douce, à la limite de la niaiserie. Mais Myung Dae n’eut pas la réaction attendu. Au lieu de relever les yeux vers elle et de bégayer les quelques mots qu’il était incapable de dire, il parut mourir sur place. La peur lui avait saisit les traits d’une manière si forte que tout son visage en était déformé. Comme une décharge électrique Yoohyeon comprit.

Il savait.

.

.

.

Cela faisait une semaine que Yoohyeon n’avait pas posé un pied au lycée. Elle restait enfermée dans sa chambre a médité seule. Ce qu’elle avait redouté c’était produit. L’imprévu.

C’était une bataille quel devrait livrer, une guerre ou le moindre relâchement lui serrait fatale. Cette fois, elle devrait interpréter son rôle avec ce qui relèverait du véritable génie. Et pour cela il lui fallait une préparation hors du communs. Seule entre ses quatre murs Yoohyeon avait réfléchie à tous les scénarios possibles. Envisager toutes les issues nécessaire, aux mots adéquats en fonction de chaques histoires. Mais elle était fin prête.

Tout irait bien.

Mais une question restait toujours en suspend. Comment Myung Dae avait-il pu savoir ? Une poignée de personne aurait pu être au courant. Et parmi eux aucuns d’entre eux n’oseraient parler. Enfin si ils le pouvaient encore.

Mais peu importe, cela ne devait rien changer. Tout n’était qu’une question d’apparence et si le brun lui faisait confiance alors tout irait bien.

.

.

.

En passant les portes du lycée ce matin là, Yoohyeon les sentis. Comme des lames de couteaux lui déchirant la peau, elle ne les sentaient que trop bien. Ces regards inquisiteurs. Toute cette masse informe de lycéens la jugeait, la condamnait du regards. À leur yeux elle était coupable.

Mais c’était prévu, Yoohyeon avait bien conscience que Myung Dae n’avait pas entendu parler de cette histoire à partir de rien. Une rumeur devait être en ce moment même entrain de circuler de bouche et bouche. Mais qui croiraient une vile rumeur contre la fantastique personne qu’elle était ? Néanmoins la jeune fille s’était inventée un passé tout fait. Ça l’avait rebuté mais elle y avait du y incorporer quelques vérités. Rien qu’en y pensant sa mâchoire de contracta.

Au cours de la mâtinée rien de fâcheux ne se produisit. Siyeon ne lui demanda rien. En même temps ce n’était pas du tout son genre d’agir ainsi. Avec elle il fallait juste tout deviner.

C’est à la pause déjeuner que sa bande l’aborda. Elle était entrain de se diriger vers la cafet’ quand la main de Shin lui saisit le poignet. Sa poigne était gentille, il n’appuyait pas fort et à ce simple geste Yoohyeon su qu’il ne croyait pas un mots de ces commérages.

Si la situation n’avait pas était ainsi elle l’aurait presque admiré. Pour lui, ses amis passaient avant tout.

 

<< On peut te parler un instant ? >>

 

Yoohyeon hocha doucement la tête et se laissa entraîner par le groupe. Du coin de l’oeil elle constata une Yoobin apeurée, les yeux rouges. La jeune fille se demanda si la blondinette avait pleuré de peur ou bien de compassion. Mais le résultat était là, tout comme Myung Dae elle était livide. Seuls Handong et Shin gardaient un air étrangement serein. La chinoise lui accorda même un sourire discret. Quand à Minji elle lui serrait tendrement la main. Elle n’était pas tranquille au vu de sa démarche quelque peu rouillée mais semblait décidé à croire Yoohyeon qu’importe ce qu’elle pourrait dire. La balle était dans son camp.

Elle réprima un sourire de victoire et se contenta de reprendre son air torturé.

 

<< Tout d’abord on voulait que tu saches qu’on ne croit pas un seul instant à cette rumeur étrange qui circule à ton propos, assura Shin d’une voix forte et solide. >>

 

Yoohyeon eut le sentiment que ces paroles étaient plus pour les autres que pour elle. Comme prévue elle s’apprêta à jouer sa carte : « Pas faux mais pas totalement vraie ».

 

<< Enfaite cette rumeurs n’est pas totalement fausse je penses… >>

 

Elle sentit Yoobin relevait la tête précipitamment, ses grands yeux perdue.

 

<< Je ne sais pas exactement ce qu’il circule à mon sujet mais-

– Ils disent que t’es une meurtrière. Que t’as tué une fille qui t’harcelait. >>

 

C’était Myung Dae qui avait dit ça, la voix chevrotante, le regard fuyant. Le lâche, se dit intérieurement Yoohyeon.

 

<< Dae ! Ne dis pas des choses comme ça ! s’écria Minji, les phalanges blanches. >>

 

Elle semblait prête à lui sauter au cou mais la main qu’Handong plaça sur son épaule sembla temporiser la situation.

 

<< Je.. Je ne l’ai pas pas tué… Elle me faisait des misères et… Et.. >>

 

De grosses perles salées roulèrent sur ses joues et s’écrasèrent sur ses mocassins. Elle s’empressa de couvrir son visage de ses mains, déclenchant instantanément des gestes plein de compassion. Elle sentit une paire de bras se nouer autour d’elle, et une main caresser son dos. Elle baissa la tête plus fortement, faisant semblant d’être secouée de sanglots.

Mais ce n’étaient pas des larmes qui inondaient son visage, mais un sourire maléfique. Elle avait gagné.

.

.
.

 

Depuis leur conversation dans le parc Yoohyeon et Siyeon se retrouvaient de plus en plus souvent pour discuter. Contrairement aux sujets qu’elle abordait avec sa bande, ceux avec Siyeon était toujours sérieux et intéressant. Les deux jeunes femmes avaient des avis parfois radicalement opposés mais qui pouvaient se rejoindre parfaitement. De plus elles avaient pris pour habitude de se retrouver après les cours, soit pour prendre un soda ou parler soit pour trainer dans les rues. Et bien que Yoohyeon consacre toujours beaucoup de temps à sa bande elle en passait de plus en plus avec Siyeon. Et sans qu’elle sache pourquoi, l’idée de la présenter aux autres ne lui étaient jamais venus à l’esprit. La noiraude était son jardin secret. Et la jeune fille adorait ça. De plus elle sentait qu’elles se rapprochaient de jour en jours, et bien qu’elle ne se l’avouerait jamais, Yoohyeon sentait le masque tomber aux cotés de la noiraude. C’est pour cela qu’un après midi elle osa lui poser la question qui lui brûlait les lèvres :

 

<< Tu ne voudrais pas me présenter ta copine ? >>

 

Siyeon se tourna vers elle, impassible. Elles étaient seules dans leur classe désertaient au moment du déjeuner.

 

<< Pourquoi tu me demandes ça ?

– Comme ça >>

 

Mais Siyeon ne lui donna jamais de réponse.

Quand la sonnerie retentit elle regagnèrent leur classe accompagnaient de chuchotements et de regards en coin. Il s’était écoulé un mois depuis cette rumeurs qui avait fait le tour de l’établissement elle était constament observait comme un animal de foire. C’était un sensation étrangement familière. Yoohyeon fronça les sourcils, ça ne servait plus a rien de ressasser ces vieux souvenirs. Les épaves étaient mieux au fond de la mer.

Elles s’apprêtaient à rentrer en classe quand Yoohyeon vit une touffe blonde les regarder avidement de loin.

 

<< Qu’est ce que tu fiches Yoobin ? >>

 

Elle avait demandé ça avec un petit rire, vous savez celui de la fille qui sait que quelque chose cloche mais qui l’ignore allègrement. En y regardant de plus près, on pouvait sentir dans son regard une sorte de gêne. Elle se tortillait les doigts, mal à l’aise.

 

<< Yoohyeon je crois que tu devrais arrêter de voir Siyeon… commença la jeune fille. >>

 

Mais elle n’eut pas le loisir de continuer puisque Yoohyeon la planta net. De quoi se mêlait-elle celle là ? Depuis le début le jeune fille lui trouvait un air de chialeuse mais qu’elle ose lui faire la morale, Yoohyeon ne l’aurait pas parié. D’après elle ce genre de fille n’était que des rabats joie qui, pour combler leur solitude, faisaient en sortes de la faire ressentir à tout leur entourage. De plus Yoohyeon avait remarqué ses sourires forcés, ses manies de faire comme si rien ne la déranger et sa fausse modestie tout bonnement horripilante. Un menteuse voila ce qu’elle était.

 

<< Quelque chose ne va pas ? demanda la noiraude quand son amie eu rejoint sa place.

– Non rien, répondit elle. Samedi tu viens chez moi ?

– Si tu veux, j’apporterais des DVD. >>

 

Yoohyeon sourit, cela faisait partie de leur routine désormais. Sortir, aller manger chez l’une, regarder un film avec des chips de trop salées et parler jusqu’à pas d’heure. Yoohyeon chérissait ces moments dérobaient, et se demandait même parfois ce qu’en pensait sa petite amie. Elle devait être sacrément sympa de la laisser passer autant de temps avec une copine de lycée.

Oui, drôlement sympas.

.

.

.

Minji regardait le plat de poulet avec une envie difficilement contenue. Le gras luisant lui faisait clairement de l’oeil. Elle tenta une approche mais une cuillère de bois vint s’écraser sur sa main. Tournant la tête vers une Handong réprobatrice, armée de la dites spatule elle capitula, vaincue. En face d’elle une Yoobin agitée courrait d’un bout à l’autre de la cuisine un tablier enroulé au tour de la taille. Remuant de temps à autre le contenue d’une casserole.

 

<< Oula quel festin Yoobibi ! s’extasia Minji, le nez en l’air >>

 

Mais au lieu de tourner un visage rayonnant vers elle, c’est un mine grise et soucieuse qui lui face.

 

<< Tout va bien ? demanda Handong qui avait fait le même consta qu’elle.

– En faite… pas vraiment.., elle l’avait dit en se triturant les mains.

– Qu’est-ce qui se passe ? >>

 

La blondinette ne répondit pas immédiatement, cherchant ses mots. Quand enfin elle les trouva elle s’assit face à ses deux amies et déballa son sac :

 

<< Yoohyeon est en danger. >>

 

Ses deux vis à vis la regardèrent incrédule. Yoohyeon en danger ? Leur Yoohyeon ? Cette fille enjouée qui riait tout le temps pour rien et dont les blagues étaient sulfureuses ? Cette fille que tout les vieillards du quartier adoraient en raison de sa gentille, celle que les profs ne cessaient de féliciter ?

Minji n’y croyait pas. Leur amie n’était pas le genre à aller faire amie-amie avec des racailles et ne trainait sans doutes jamais des lieux malfamé. Impossible.

 

<< Euh… Écoute ne te fâches pas mais Yoohyeon n’est pas du genre à s’attirer des ennuis et puis-

– La rumeur était vraie. >>

 

Elles restèrent stupéfaites pendant un cours moment. La rumeur. Celle qui accusait leur amie d’avoir mis fin aux jours d’une adolescente. Un commérage qu’ils s’étaient tous efforçaient de démentir, tout en se posant un milliers de question. Sur le coup Minji avait préférait se raccrocher à Yoohyeon et croire sa version. Mais maintenant que Yoobin remettait ça en question, il n’était plus question de se voiler la face. Car d’aussi loin qu’elle la connaisse, la blondinette avait toujours dit que des vérités absolues.

Et cette fois-ci serait également le cas.

.

.

.

Il n’était pas loin de minuit et quelques quand Siyeon, 5 min plutôt affalée sur le sol, déclara :

 

<< Vais chercher du Schweppes.

– What did you expect ?

– T’con >>

 

Et elle laissa Yoohyeon rire, seule à sa blague. Quand elle revint la jeune fille avait déjà lancé un autre film. On y voyait 5 jeunes filles blondes à l’écran dans un uniformes américains des années 70.

 

<< Pas Virgin Suicides ! s’exclama Siyeon la voix nouée.

– Hein ? J’ai zappé de chaine désolé. >>

 

Mais le mal était fait. Siyeon, les yeux larmoyants s’essuya prestement le visage. Estomaquée, Yoohyeon se leva pour la prendre dans ses bras, la berçant gentiment. C’était la première fois qu’elle voyait son amie dans cette état. D’habitude elle ne faisait pas part de ses états d’âmes et restait stoïque. Elle avait déjà eu du mal à la faire rire alors la voir pleurer c’était tout bonnement incroyable. Mais pas dans le bon sens.

La fille qu’elle avait toujours trouvait indéchiffrable était à présent aussi fragile qu’une fillette. Et Yoohyeon en ignorait la raison.

 

<< Dis moi ce qui se passe. >>

 

Elle sentit la noiraude se crisper contre elle. Pour la rassurer, Yoohyeon lui caressa doucement le dos du plat de la main, resserrant par la même occasion leur étreinte.

 

<< Siyeon ? apella doucement la jeune fille. >>

 

La noiraude se détacha des bras qui l’encerclait pour s’assoir sur le lit de son amie. Elle ne la regarda pas mais Yoohyeon comprit qu’elle l’invitait à faire de même.

 

<< Je t’ai déjà parlais de ma petite amie, commença t-elle. >>

 

Yoohyeon appréhendait déjà la suite. Les mains de sa vis à vis s’étaient mise à trembler et sa voix semblait sur le point de se briser.

 

<< Enfaite si je ne te l’ai jamais présenté c’est parce qu’elle n’est plus là. >>

 

Elle avait dit ça sans ciller. Ses mains tremblaient toujours mais plus aucunes larmes ne quittaient l’enceinte de ses yeux. Elle ne voulait sans doute pas paraitre pitoyable et Yoohyeon la comprenait. Elle lui prit doucement les mains dans les siennes en signe de compassion.

 

<< Elle est tombée du toit au collège. C’était un suicide>>

 

Yoohyeon sentit une paire de main trembler et ce n’était plus celles de Siyeon. Mais les siennes. Elle sentit une décharge électrique courir dans tout son corps. Elle n’entendait même plus le fond sonores que produisait le poste de télévision. Simplement les battements de son coeur qui s’amplifiés à mesure qu’elle prenait conscience de ce que Siyeon venait de lui confier. Elle essaya de contrôler les multiples émotions qui la traversait mais, à cet instant elle n’avait qu’une envie : quitter cette pièce. Elle sentit son estomac se tordre dans tout les sens, et sa gorge se resserrer douloureusement. L’air lui manquait.

Ce n’était pas un suicide.

 

<< Je ne t’ai jamais dit son nom, mais elle s’appelait Bora. Kim Bora. >>

 

Elle voulait crier, hurler. Sortir, quitter cette chambre oppressante. Elle voulait être foudroyer sur place et ne plus jamais avoir à poser les yeux sur ceux de Siyeon. Partir. Oui c’est ce qu’elle allait faire. Elle avait suffisamment d’argent pour quitter la ville et ne jamais revenir. Elle ne pouvait pas conduire mais elle prendrait le train ou l’avion peu importait. Elle lui fallait se casser au plus vite. Sinon… Sinon elle y laisserait sa peau !

Le masque tombait.

 

<< Yoohyeon tout va bien tu es toute pâle tout d’un coup ? >>

 

Mais elle ne l’entendit pas. Son cerveau était un surchauffe, sur le point de se briser en milles morceau. Elle ne pouvait plus, son masque, sa vie si parfaite, tout. Tout prenait lentement l’eau et elle, elle se noyait dans l’indifférence général. Mais elle le méritait sans doutes.

Car après tout la rumeur était vraie.

 

<< En tout cas je suis heureuse que tu m’es écoutée, vraiment. Tu es le genre d’amie dont j’avais besoin. >>

 

Yoohyeon savait ce qu’elle devait faire. Elle savait comment se sauver après tout. Tout ce qu’elle avait crée n’était que mensonge. Toutes ses relations, ses joies, ses peines. Tout n’avait était qu’un immense orchestre dirigeait par ses soins. C’était elle qui tenait la baguette. C’était elle qui dirigerait sa vie et non pas la fatalité. Même si elle devait brûler en enfer pas question de tout plaquer. Non au final elle ne voulait pas. Elle avait retrouvé l’excitation de jouer avec le feu qu’elle avait perdu au contact de Siyeon. Mais c’était ça qui la faisait se sentir en vie.

Ce cache-cache ne finirait que lorsqu’elle l’aura décider. Et pour l’instant elle s’amusait follement. Oh oui elle s’amusait.

 

<< Moi aussi je suis heureuse Siyeon. >>

 

Et un sourire étira ses lèvres. Ce même sourire qu’elle avait passée des heures à travailler devant la salle de bain. Un sourire parfait.

Son masque était de nouveau là.

.

.

.

1 commentaire sur “Hyde and Seek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *